Construction de 25 logements individuels – Coulanges-lès-Nevers

Concours

NIEVRE HABITAT A

URBANISER TOUT EN PRÉSERVANT LE CARACTÈRE PAYSAGER DU SITE ET EN ANTICIPANT L’AVENIR

Cette opération répond à des enjeux importants en termes de développement urbain et paysager. En effet, elle est la première phase d’urbanisation de la zone de La Bonde qui sera développée, par la suite, par la collectivité dans le cadre d’Orientations d’Aménagement et de Programmation. Ainsi, ce projet vient introduire la future urbanisation de la zone de la Bonde où aujourd’hui, la végétation est omniprésente. L’objectif de cette opération est donc d’allier urbanisation à court, moyen et long terme tout en préservant le caractère paysager du site. Ce projet correspond à une véritable rencontre entre l’extension du tissu urbain et le poumon vert que représente la Bonde à Coulanges-lès-Nevers.

Étiré du Sud au Nord, depuis le chemin du Chêne, le site, Les Boulaises, devient l’articulation future entre les lotissements existants, plus ou moins anciens, contre lesquels il est adossé côté rue des Filles et les prairies enherbées du lieu-dit « champ COTAIRE » d’une part qui s’offre aux perspectives de développement futur en descendant jusqu’à la rue Verte, d’autre part côté Nord aux prairies allant jusqu’à la rue du Bailly. Les perspectives de développement futur de la zone de la Bonde donnent aux voies créées un statut privilégié. En effet, ces futurs axes sont amenés à former un cordon ombilical qui irriguera l’ensemble de la zone à urbaniser.

Afin de préserver le caractère paysager du site, Les Boulaises, une promenade souple, arborée et consacrée aux circulations douces, le long des axes créés a été aménagée, donnant ainsi naissance à un maillage paysager.

Bien que la « Maison des services » ne fasse pas partie intégrante de cette opération, son implantation dans le dispositif général du site est prépondérante et influence l’organisation générale du projet. L’urbanisation d’un quartier, d’une ville étant une vision à moyen et long terme, c’est dans cette perspective d’anticipation à ces futurs développements que nous proposons un positionnement de cette « Maison de services » au cœur du dispositif. Perçue comme le futur espace de rencontres, l’élément structurant du site Les Boulaises – et à plus grande échelle et à long terme, de la zone à urbaniser de la Bonde – son implantation en position centrale suggère des perspectives d’aménagement en devenir. Située à la croisée des chemins créés, cet espace de rencontre s’étend vers l’extérieur, vers le lieu-dit « champ COTAIRE » sous la forme d’un parvis convivial, d’une placette accueillante où le végétal et le minéral, la nature et l’empreinte de l’homme, se mêlent.

A partir de ce postulat, notre projet s’organise en deux îlots dénommés A et B, équilibrés et de capacité identique.

 

ILOT A :UN PARCELLAIRE EN LANIÈRE PRIVILÉGIANT L’INTIMITÉ DES LOGEMENTS

Cet îlot comprend 13 logements inspirés du gabarit des longères, type fermettes nivernaises, répartis de la manière suivante :

–          Côté parcelles bâties Nord-Ouest, 7 logements DUPLEX (5 T4 et 2 T3) occuperont l’espace,

–          Côté « champ COTAIRE » Sud-Est, 6 logements plain-pied (4 T3 et 2 T2) seront implantés.

De part et d’autre de l’axe reliant le Chemin du Chêne à la Rue du Bailly, les logements se font échos tout en donnant du mouvement, de la souplesse à l’îlot par la mise en œuvre de logements aux profils variés.

Organisé sur un parcellaire en lanière, cet îlot permet de privilégier l’intimité de vie des habitants, sur des terrains de petites surfaces.Les logements ne sont pas en vis-à-vis direct avec l’axe central public reliant le Chemin du Chêne à la Rue du Bailly, car un vaste espace extérieur intégré à l’unité d’habitation met à distance les espaces privés des habitations.Cet espace extérieur multifonctions (tantôt chemin d’accès depuis la rue, tantôt terrasse ou cour sur jardin), conçu comme un prolongement de l’habitation, un véritable lieu de vie, joue ainsi le rôle d’espace intermédiaire, entre la voie publique et les espaces privés des habitations. Abrité par une structure légère formant une pergola, sa configuration profite d’un ensoleillement maximum tout en étant abritée des vents dominants d’Ouest. A la fois transparent en offrant des vues sur l’extérieur et le ciel, et verdoyant par la mise en place d’une végétation grimpante s’accrochant à la structure, cette extension extérieur du logement offre une cadre agréable, transparent, léger et vert.

De cette manière, cet espace extérieur assoupli, perce, et allège le volume des unités d’habitation qui semblent s’harmoniser avec le caractère paysager du site, Les Boulaises. Cette ambiance paysagère et souple est renforcée par la mise en place de clôtures végétalisées et de haies vives.

 

 ILOT B : INSPIRÉ DES COURÉES DE FERMES POUR FAVORISER LES ESPACES PRIVATIFS

En conservant les mêmes gabarits que pour l’îlot A, l’organisation des 12 logements comprend :

–          Côté parcelles bâties Nord-Ouest, 8 logements T3 seront proposés (6 T3 DUPLEX, 2 T3 plain-pied),

–          Coté « champ COTAIRE » Sud-Est, 4 logements plain-pied (1 T3 et 3 T2) compléteront l’organisation générale.

Cette organisation diffère dans sa configuration de l’îlot A. L’implantation des logements, inspirée des courées de fermes autour desquelles  s’organisent 8 logements, permet d’être économe en espace urbain collectif au profit des espaces privatifs.

Les deux logements en fond de parcelle délimitent des courées accessibles par des cheminements piétons arborés et agrémentés de clôtures végétalisées. Les quatre logements implantés le long de la rue de desserte, au Nord-Ouest, reprennent une implantation plus traditionnelle, plus proche de celle de l’îlot A. En effet, on retrouve sur chaque pignon la couverture zinc qui retombe,le long de la rue créée, dans laquelle se fondent deux portes de garages. Chaque garage est destiné à un logement et est accolé à un cheminement piéton permettant un accès aux habitations mises à distance par rapport à la voie, grâce à l’épaisseur des stationnements précédant les garages et les garages eux-mêmes. De cette manière, cette configuration, inspirée des courées de fermes, préserve l’intimité des habitants face aux espaces publics et au voisinage.

Courées, cheminements piétons, terrasses abritées ou non, structurent et animent les espaces en les hiérarchisant : un juste équilibre où les espaces privatifs et collectifs cohabitent et se complètent naturellement. De plus, ce système d’implantation offrent diverses vues et perspectives aux habitants et promeneurs.

  

EN CONCLUSION : AFFICHER L’IDENTITÉ D’UN HAMEAU

Les sens de faîtage inversés des toitures suivant la typologie des logements, les volumétries diverses entre simple rez-de-chaussée et duplex confèrent à l’ensemble de l’opération le profil d’un hameau équilibré dans sa diversité et cohérent dans son organisation. Tantôt couverture, tantôt bardage, le matériau ancestral et noble qu’est le zinc forme une enveloppe protectrice pour chaque habitation. L’emploi d’enduits traditionnels de ton pierre renforce l’aspect de village traditionnel dont les façades sont animées par un matériau composite d’aspect bois qui allège et met en mouvement les volumes par sa mise en œuvre. Ces trois matériaux (le zinc, les enduits traditionnels de ton pierre et le matériau composite d’aspect bois) qualifient le projet et lui confèrent une identité, une unité.

année : concours 2014

 

Les Panneaux de Concours